Déjà 1250 spectateurs !

La drôle d‘histoire de Joey : retour sur un succès

Des chiens bleus, des chiens des rues, des cascades à vélo, un gang et des défis à gogo, c‘est le programme de ce spectacle, à mi-chemin entre concert et one man show. Son auteur, Rémi VIDAL, également compositeur et interprète du spectacle, nous en parle grâce à un entretient imaginaire entre lui et son personnage, Joey, le chien bleu qui rêvait de vivre sa vie dans la rue.

En savoir plus sur le spectacle : La drôle d'histoire de Joey

Rémi Vidal : Salut Joey, tout d‘abord, merci de m‘accorder un peu de ton temps. Je sais que tu es très pris en ce moment et que le spectacle marche du tonnerre. Pas trop épuisé ?

Joey : Eh bien, c‘est assez éprouvant je dois l‘admettre. Mais le public me communique beaucoup d‘énergie. Du coup, j‘ai la pêche !

RV : Parle nous un peu de ton histoire. C‘est quoi le pitch ?

J : Eh bien, ce spectacle me donne l'occasion de raconter mon histoire. Comment j‘ai refusé la vie de chien bleu, comment je me suis retrouvé dans la rue et comment j‘ai rencontré mes nouveaux potes, le Rex Pistols.

RV : de chien bleu? Mais c‘est quoi au juste des chiens bleus?

J : Ben tu sais, la où je vis, les chiens bleus, c‘est un peu le dessus du panier comme qui dirait. C‘est ceux qui vivent dans le luxe, qui mangent de la pâtée au caviar et qui organisent des galas mondains. C‘est aussi les seuls chiens qui ont un nom et un prénom, contrairement aux autres chiens qui n‘ont qu‘un prénom. Moi j‘étais de la famille Lévrier. Mais j'ai choisi de laissé tomber mon nom…

RV : Mais enfin c‘est étonnant, pourquoi vouloir abandonner une vie si confortable?

J : Ben en fait, les chiens bleus tu sais, ils ont tendance à rester entre eux… Pour eux, les autres chiens ne sont pas dignes de compagnie. A leurs dires, mon destin était tout tracé. J‘allais me marier avec une autre Lévrier, avoir de beaux enfants bleus et m‘entrainer à la course à pieds, comme mon père et mon grand-père. Mais moi, vois-tu, j‘avais envie d‘aventure, mon truc c‘était plutôt le vélo, et puis, les chiens des rues et leur vie de bohème, ça me faisait vachement envie! Alors je suis parti, pour échapper à mon destin…

RV : Ouah, je comprends mieux. Et après ça tu as rencontré tes nouveaux amis, les Rex Pistols?

J : Oui. Je n‘entre pas dans les détails, histoire de ne pas gâcher le plaisir de ceux qui n‘ont pas encore eu la chance de venir me voir, mais sache que ce n‘était pas de la tarte! La tolérance, l‘acceptation, ce sont des choses qui ne sont pas évidentes pour tout le monde! Mais je pense qu‘au final, on a démontré que c‘étaient de valeurs essentielles pour vivre ensemble.

RV : C‘est vrai, j‘ai vu le spectacle et c‘est aussi l‘impression que j‘ai eu.

„les chiens des rues et leur vie de bohème, ça me faisait vachement envie! Alors je suis parti, pour échapper à mon destin…“

RV : Mais parlons un peu de musique. Sur scène, tu chantes, tu joues de la guitare électrique en live, tu gères la bande son et tu racontes, tout ça tout seul ? Ça doit être sacrément compliqué non ?

J : C‘est pas du gâteau aux fraises je te l‘accorde (rires), mais l‘écriture et la mise en scène sont vraiment bien fichus, et puis je suis bien équipé, donc je m‘en sort pas mal.

RV : Il y a quand même huit chansons, il faut arriver à se rappeler de tout ! Et puis certains instruments sont en playback, tu n‘as pas le droit à l‘erreur ! En plus, le rock, ça demande de l‘énergie ! Et d‘ailleurs tiens, pourquoi avoir choisi le rock ? C‘est pas commun dans un spectacle pour enfants?

J : Ah ça, le rock c‘est mon truc, j‘en ai tellement écouté et joué que je suis complètement à l‘aise avec cette musique. Tu sais, c‘est super vaste le rock, c‘est tout une culture ! Je crois que j‘avais envie d‘en faire découvrir quelques branches aux enfants. J‘ai essayé de colorer chaque chansons avec des touches différentes, de blues, de punk, de pop, de heavy metal même ! En général les enfants adorent. Ils remuent sur leurs chaises dès les premiers accords. J‘ai même déjà eu des rappels ! Je te parle même pas des autographes que je signe à tour de bras après les représentations.

RV : Ben dis donc! Mais pourtant, les enfants sont pas trop habitués à l‘ambiance concert, et puis, les one-man show, ils ne trouvent pas ça trop.... plat ?

J : Non, penses-tu ! Tout a été pensé pour qu‘ils passent un bon moment ! C‘est pas vraiment un one-man show conventionnel. J‘utilise tout un tas de techniques et d‘accessoires pour rendre mon histoire vivante. Je fais du théâtre d‘objet, je met tantôt une cravate, tantôt des lunettes, j‘ai un mégaphone, des peluches, un décor qui change, j‘ai même une perruque, tu verrais la tête que ça me fait ! Ça fait marrer tout le monde à chaque fois (rires) !

„c‘est super vaste le rock! Je crois que j‘avais envie d‘en faire découvrir quelques branches aux enfants.“

RV : Alors c‘est surtout pour les petits non?

J: Non pas vraiment, les thèmes abordés parlent plus aux enfants de 8 à 10 ans. Se faire accepter, s‘accepter tel qu‘on est, le libre arbitre, les contraintes familiales… C‘est des choses auxquelles ils sont confrontés tous les jours tu sais ! À côté de ça, le show est vachement rythmé et il y a plein d‘accessoires rigolos. Et puis on chante et on danse ensemble ! Alors même les plus petits sont à fond ! Et il y a même des clins d‘œils pour les parents, pour que eux aussi ne soient pas en reste. Par exemple je parle d‘une amie de mes parents, une certaine Samantha Fox Terrier…

RV : Haha, oui, je vois bien, elle est mentionnée dans une chanson avec d‘autre. D‘ailleurs, les chansons, elles restent bien dans la tête! On peut les écouter depuis chez soi il me semble non?

J : Mais carrément! Ça c‘est encore un truc chouette qui m‘est arrivé. Y a une maison d‘édition super, qui s‘appelle Trois Petits Points, à qui mon histoire a plu. Ils sont spécialisés dans le livre audio pour enfants. Je les adore ! Alors, ben on a été en studio pour enregistrer toute l‘histoire et les chansons. Mais tu es déjà au courant puisque c‘est toi qui a produit, gros malin.

RV : Oui c‘est vrai. On a passé un super moment. On a enregistré sur des amplis mythiques avec de supers musiciens et un ingénieur du son incroyable.

J : Et chez Trois Petits Points, ils ont assuré sur le design du CD! Un joli boitier cartonné et un livret illustré avec toutes les paroles, ça nous fait vraiment un super souvenir hein!

RV : Tu l‘as dit bouffi. Et puis tant qu‘on est dans la promo, allons y franco, on le trouve où ce super CD?

J : Dans les librairies, à la FNAC et puis sur internet. Un peu partout quoi ! Et bien entendu, ceux qui viendront me voir sur scène pourront l‘acheter après le spectacle. L‘occasion d‘avoir une version dédicacée.

„On a enregistré sur des amplis mythiques avec de supers musiciens et un ingénieur du son incroyable.“

RV : Tu as beaucoup joué dans les écoles d‘ailleurs. Pourquoi un tel succès ? J‘aurais pensé que pour les enseignants, ce côté anarchie douce, aurait éveillé plus de réticence.

J : Détrompe toi ! Les enseignants que j‘ai rencontré m‘ont accueilli très chaleureusement. Ils étaient contents de proposer un spectacle musical rock. Et puis je suis 100% autonome. C‘est pratique pour les structures qui m‘accueillent ! Et alors, concernant les thèmes, figure toi que le côté impertinent ne les a pas du tout dérangé ! Au contraire, ça a été une occasion d'en discuter avec les élèves. Certains ont fait des dessins, écrits des histoires ou appris et chanté des chansons du spectacle.

„ça a été une occasion pour beaucoup d‘enseignants de discuter des thèmes du spectacle avec les élèves. Certains ont fait des dessins, écrits des histoires.“

RV : C‘est vrai que j‘ai fait pas mal d‘interventions dans les écoles avant ta venue pour présenter ton histoire et discuter avec les enfants de comment on fait un spectacle, c‘est quoi la mise en scène, comment on devient comédien… C‘était vachement intéressant, on m‘a posé des questions très pertinentes sur toi tu sais ! Et c‘est marrant, mais beaucoup pensent qu‘on est une seule et même personne! (rires)

J : Ouais, je vois, moi aussi on me confond souvent avec toi !

RV : En tout cas merci à toi d‘être passé me rendre visite ! Je sais que tu as plein de projets en cours, alors je ne te retiens pas plus longtemps et je te souhaite bon vent et plein de succès à venir. De toutes façons j‘ai le sentiment qu‘on va se revoir très bientôt.

J : Oui je pense aussi. Mais on a pas souvent l‘occasion de tailler une bavette tout les deux. Ça m‘a fait plaisir.

RV : Moi aussi mon vieux.