Fée Nix(e), la pollution au plastique s’expose en Allemagne

Un travail collaboratif engagé

C’est mercredi 12 septembre 2018 qu’a ouvert l’exposition Fée Nix(e) dans la galerie de la maison de France sur la prestigieuse avenue du Kurfürstendamm de Berlin.  Visible jusqu’au 4 octobre prochain cette exposition imaginée par Trampoline production a reçu le soutien de l’ambassade de France à Berlin, du conseil départemental d’Eure-et-loir et de la ville d'Arles.  Grâce aux activités parallèles qui ont été mises en place par la médiathèque de l’Institut français (visites guidées, ateliers participatifs, spectacle), elle prévoit de recevoir plusieurs centaines de  jeunes visiteurs francophones et francophiles, ainsi que leur famille autour du thème de la pollution au plastique, un enjeu majeur du développement durable.

Sensibilisation à la pollution au plastique par la voix de l'imaginaire

A l’heure où la question de la pollution de la mer par le plastique envahit l’espace médiatique, cette exposition propose d’aborder cette urgence environnementale par la voix de l’imaginaire. Grâce au plaisir du jeu et de la création, l’enfant s’approprie la cause et devient responsable. Il protège l’environnement, il est un héros.

L’idée : jouer des allégories pour inviter le jeune public à comprendre le phénomène et prendre part à son endiguement.

L’exposition présente des œuvres photographiques, des sculptures, des objets collectés sur des plages françaises ainsi qu'un film, fruits d'un travail collaboratif entre les artistes engagés par Trampoline production ( Noémie Rouvet, Jérémy Véron, Coline Quintin et Flore Schena) et les enfants qui ont participé en France et en Allemagne aux ateliers : " le plastique, un monstre dans ma poubelle".

Le plastique ! Un monstre dans ma poubelle ?
j'agis en mangeant une glace

La Fée Nix(e) un symbole d'harmonie entre les hommes et la nature

La pièce maîtresse de l'exposition est très certainement  le costume du personnage central de l’univers imaginé par la direction artistique de Trampoline production à savoir la Fée Nix(e). En tant que femme-oiseau, elle représente l’harmonie possible entre l’Homme, les déchets qu’il génère (ici des emballages) et la nature. C’est une sorte de déesse protectrice de l’équilibre des écosystèmes. Son nom évoque le Phoenix, l’oiseau légendaire qui renait de ses cendres après s’être laissé consumer. Il symbolise le renouveau et l’immortalité, des qualités que l’on peut attribuer au plastique si l’on arrive à le recycler correctement. Dans ce costume, réalisé à partir d’emballages de produits de consommation, le déchet n’est pas simplement recyclé il est revalorisé. Grâce à l’imagination, ce travail de création mets en valeur les matières, les formes et les couleurs des emballages de tous les jours.

Il a été conçu et réalisé à Courville-sur-eure en Eure-et-Loir par Flore Schena, costumière aux opéras de Paris. Ce travail de plus de 80h a reçu le soutien du conseil départemental d'Eure-et-Loir au titre de son engagement dans la sensibilisation de la jeunesse aux thématiques de développement durable.

Une exposition itinérante entre la France et l'Allemagne

Soutenue par le réseau des Instituts français, l’exposition devrait tourner dans plusieurs villes en Allemagne avant de revenir à Courville-sur-eure (28) à l’été 2019 pour la troisième édition du festival Courvillesnscène. Un spectacle, ainsi que des livrets pédagogiques à destination des 7-12 ans accompagnent également l'exposition.

Ils soutiennent le projet Fée Nix(e)