Citations

à tous les LUPO LUTIN: il faut croire au père Noël

« Lupo lutin c’est un plaidoyer pour les anticonformistes, les impatients, les inventifs. Ceux qui veulent réaliser leur rêve sans suivre la bonne méthode mais toujours en inventer une autre. Prendre des raccourcis qui les rallongent de 100 ans. Qui ont 1 idée à la minute et sur les 60 qui s’accumulent en une heure, 1 centième de l’une d’elle n’est peut-être même pas le début d’une bonne idée. ET puis un jour, le moment de grâce, au détour du chemin sinueux que dessine leur intelligence brouillonne, ils rencontrent le père Noël qui les invite à réaliser leur rêve. »

Retrouvez le spectacle Lupo lutin sur le site

Courvillenscène

Il est des festivals qui s’installent dans un endroit avec toute leur panoplie venue de l’extérieur, rapportant un flot de touristes, de commerçants, un foisonnement d’artistes divers et variés, de tous les horizons, de toutes les ambitions, venus avec leur microcosme, déchaînant la concurrence et les profits en tout genre, faisant fuir ses habitants qui ne sentent hélas plus concernés et préfèrent sous-louer leurs logements pour se payer des vacances au calme que d’entendre encore un concert ou une pièce de théâtre…
Et puis il est des festivals qui, tout en apportant leurs propositions artistiques, travaillent avec le lieu, avec les gens, en profondeur, et dont la présence artistique modifie subtilement le comportement des habitants, les fait sortir, redécouvrir leur Ville, se retrouver et retrouver leurs souvenirs, à la manière d’une boule à neige qu’on aurait retournée et qui retrouverait un peu de sa magie. Des festivals qui créent du sens là où ils s’implantent.
Courvillenscène fait partie de ceux là. Merci à tous les organisateurs. Et que ce projet perdure.

Une définition…

« Les artistes sont des voyageurs qui doivent témoigner de la diversité du monde. Que ce soit par le rire, la musique, le texte, les décors ou même les costumes de leurs spectacles, l’émotion qu’ils suscitent doit provoquer de petites fissures dans les aprioris des gens. La culture, ne doit pas donner de leçons mais laisser entrevoir la possibilité de vivre ensemble, de vivre autrement, de donner sa chance aux autres et d’apprendre d’eux. »